Granville

Dans l'Histoire comme dans l'Actualité, la mer est omniprésente à Granville.

Du début du XVIe au XXe siècle, la pêche de la morue aux 'bancs' de Terre-Neuve fut la grande affaire de ce port armant jusqu'à 110 bâtiments montés pour 5 000 marins. De chaque côté du golfe normano-breton, Granville et Saint-Malo se disputaient alors le titre de premier port de pêche français. L'autre pêche fut pendant des siècles, jusqu'au début du nôtre, le dragage des bancs naturels de ces grandes huîtres dites 'pieds de cheval', qui réapparaissent ces dernières années sur nos côtes. La puissance nécessaire à ce dragage donna naissance à ce bateau merveilleusement toilé qu'est la Bisquine, dont nous voyons tous les jours une réplique, "La Granvillaise".

En 1855, Granville fut le premier port d'armement de la Compagnie Générale Maritime. Aujourd'hui, son port de plaisance compte 1 000 anneaux. Son port de pêche, 5ème en tonnage et 8ème en valeur d'importance en France, arme 77 chalutiers et caseyeurs polyvalents, et la pêche fait directement ou indirectement vivre près de 500 familles. Son port de commerce dessert le sud de la Manche, le nord de la Mayenne et de l'Ille-et-Vilaine. Son port de voyageurs voit passer chaque année de nombreux passagers se rendant à Chausey et dans les îles Anglo-Normandes

.


Le patrimoine de la ville de Granville est constitué de lieux touristiques:

  • La Haute Ville avec ses remparts, la Grande Porte, la Porte Sain-Jean, et l'Eglise Notre-Dame
  • L'Eglise Notre-Dame
  • Les ports de plaisance et de pêche
  • Les musées:
    • Le Musée du Vieux Granville
    • Le Musée d'art moderne Richard Anacréon
    • Le Musée Christian Dior, au sein de la villa 'Les Rhumbs' - c'est la maison d'enfance de Christian Dior. Situé dans un remarquable jardin de falaise dominant la mer, le musée, véritable lieu de mémoire, abrite chaque année de mai à septembre une nouvelle exposition thématique sur les créations de Christian Dior.




Chausey

A 15 kilomètres au large de la pointe du Roc, dite aussi Cap Lihou, Chausey a toujours vécu dans l'orbite de Granville...

Depuis qu'il a été, il y a quelques milliers d'années, séparé du continent, l'archipel vit au rythme des marées. Ainsi qu'à Granville, elles sont les plus hautes d'Europe: la différence de niveau, entre basse et haute mer approche 15 mètres aux grandes marées. Cette eau très pure, continuellement brassée par des courants violents, explique la présence du 'Bouquet' et du Homard, du Congre et du Bar, du Lieu et du Mulet.

Les hauteurs des marées et la multiplicité des îlots, chenaux, plaines de sable ou de vase, abrupts reliefs et découpage des rivages font de cet archipel l'un des lieux au monde où le paysage ne cesse d'heure en heure de changer du tout au tout, dans une lumière dont les transparences varient à chaque minute. La SCI, propriétaire des îlots et de la majeure partie de la grande île, ouvre au public la quasi-totalité de sa propriété. Face à l'accroissement du nombre de visiteurs, la vulnérabilité du site est grandissante. C'est pourquoi la SCI poursuit sa politique d'amélioration de la protection du site, en parfait accord avec la délégation régionale du Conversatoire de l'espace et des rivages lacustres et la ville de Granville.